Bilan lecture 2018

J’adore le moment des bilans et 2018 aura encore été une belle année riche en découvertes littéraires. Je deviens tout de même de plus en plus difficile et je n’hésite pas à abandonner un livre si je n’accroche pas.

Gros coup de cœur pour « Nous rêvions juste de liberté » d’Henri Loevenbruck, « Le malheur du bas » d’Inès Bayard, « Le goût d’Emma » d’Emmanuelle Maisonneuve, « Est-ce ainsi que les hommes jugent? » de Mathieu Menegaux et « Ar-men, l’enfer des enfers » d’Emmanuel Lepage.

De très bons moments, notamment avec la série « Le poids des secrets » d’Aki Shimazaki, les romans d’Alexandre Seurat (« La maladroite« , « Un funambule » et « L’administrateur provisoire« ), Camille Anseaume (« Quatre murs et un toit« ), Martin Winckler (« Le chœur des femmes« ), Luca Di Fulvio (« Le gang des rêves« ), Joël Dicker (« La disparition de Stéphanie Mailer« ), Pascal Voisine (« Mon gamin« ), Julien Dufresne-Lamy (« Les indifférents« ), Guillaume Sire (« Réelle« ) ou encore Sarah Mc Coy (« Un parfum d’encre et de liberté« ).

Bien entendu, avec plus de 100 lectures cette année, il y a eu des déceptions et des abandons (« La passe-miroir » de Christelle Dabos, « La pâtissière de Long Island » de Sylvia Lott, « Le trésor de Monsieur Isakowitz » de Danny Wattin, « La cheffe, roman d’une cuisinière » de Marie N’Diaye, « Quand sort la recluse » de Fred Vargas, « Les infâmes » de Jax Miller, « La lettre oubliée » de Nina George ou encore « Le charme discret de l’intestin » de Giulia Enders).

En 2019, je participe de nouveau au challenge « Défi Lecture » sur la page Facebook dédiée, avec 100 catégories. Je ne les remplirai pas toutes, puisque sortir de ma zone de confort ne me conduit généralement qu’à des déceptions ou des abandons.

Mon challenge livresque personnel sera de diminuer au maximum ma PAL et de réduire mes achats (parole d’ivrogne!)