Bilan lectures premier trimestre 2018

Début d’année sur les chapeaux de roue, j’ai quelque peu délaissé le blog… Mais pas la lecture!

Voici le bilan de ce premier trimestre :

  • Nous rêvions juste de liberté – Henri Loevenbruck 5/5
  • Cyanure – Camilla Läckberg 2.5/5
  • Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre – Ruta Sepetys 4/5
  • D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds – Jon Kalman Stefansson (abandonné)
  • Zona frigida – Anne B. Ragde 3.5/5
  • Camille, mon envolée – Sophie Daull 3.5/5
  • Paul dans le nord – Michel Rabagliati 3.5/5
  • L’orme du Caucase – Taniguchi & Utsumi 3.5/5
  • Les loyautés – Delphine de Vigan 4/5
  • Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés – Jami Attenberg 4/5
  • Le poids des secrets tome 1 : Tsubaki – Aki Shimazaki 4/5
  • La vie secrète des jeunes tome 2 – Riad Sattouf 2/5
  • La soif – Andreï Guelassimov 3.5/5
  • Le poids des secrets tome 2 : Hamaguri – Aki Shimazaki 4/5
  • Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi 3.5/5
  • Le charme discret de l’intestin – Giulia Enders (abandonné)
  • On la trouvait plutôt jolie – Michel Bussi 4/5
  • Mon amie Adèle – Sarah Pinborough 4/5
  • La disparition de Stéphanie Mailer – Joël Dicker 4.5/5
  • Une sacrée mamie tome 1 – Yashichi Shimada & Saburo Ishikawa 5/5
  • Une sacrée mamie tome 2 – Yashichi Shimada & Saburo Ishikawa 5/5
  • Une sacrée mamie tome 3 – Yashichi Shimada & Saburo Ishikawa 5/5
  • Poulet aux prunes – Marjane Satrapi 4/5
  • Cadavre exquis – Pénélope Bagieu 3/5éNousCyanu
Publicités

« Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre » de Ruta Sepetys

Après lecture de « Cyanure » de Camilla Läckberg (lecture rapide avec des faux airs de sous – « Crime de l’Orient Express »), j’ai lu « Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre » de Ruta Sepetys dans le cadre du Cold Winter Challenge.

couv71354553

Résumé : Une nuit de juin 1941, Lina, quinze ans, sa mère, Elena et son petit frère, Jonas, dix ans sont brutalement arrêtés par la police secrète soviétique.
Au bout d’un voyage épouvantable de six semaines, presque sans eau et sans nourriture, entassés dans des wagons à bestiaux, ils débarquent au fin fond de la Sibérie, dans un camp de travail soviétique. Logés dans des huttes, sous alimentés, brutalisés, les déportés tentent de survivre et de garder espoir. Dans le kolkhoze, le travail de la terre est éreintant. Mais malgré la mort, la maladie, le froid, la faim et la terreur, Lina tient bon, soutenue par une mère exemplaire, son amour pour un jeune déporté de dix-sept ans, Andrius, et portée par sa volonté de témoigner au nom de tous et de transmettre un signe de vie à son père (condamné à mort dans un autre camp) grâce à son art du dessin et à l’écriture.

Mon avis : J’ai été très intéressée par le sujet de la déportation des habitants des pays annexés au bloc soviétique et leur vie dans les kolkhozes. Malheureusement, j’ai trouvé que ces thèmes n’étaient pas traités de façon réaliste, que l’écriture était assez plate et peu émouvante. C’est un livre jeunesse, il fallait bien faire passer le message de manière moins dure que « Si c’est un homme » de Primo Levi par exemple (auquel je n’ai cessé de comparer cette histoire, dont cette critique subit les conséquences).

« Nous rêvions juste de liberté » – Henri Loevenbruck

Commencer l’année par une lecture coup de cœur met la barre très haut pour celles à venir !

Nous-rêvions-juste-de-liberté

Je suis tombée par hasard sur ce livre sur un groupe Facebook de livres voyageurs. Les lectrices précédentes avaient toutes eu le coup de cœur, je dois dire que je les rejoints totalement.

Résumé : « Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher. Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure.

Mon avis : Le rêve d’Hugo est simple, il veut être libre, fuir la misère de sa vie familiale et financière. Cet adolescent sur sa moto, avec ses « frères » va, au gré des rencontres de la route, se construire et apprendre la vie. Ses rêves vont le mener au paradis et en enfer. Cette lecture m’a sonnée, émue, bouleversée. Je le conseille vivement à tous, c’est une lecture indispensable. Je ne suis pas sûre de pouvoir en parler suffisamment bien, lisez-le : c’est mon conseil.

Bilan lecture 2017

2017 fut encore une bonne année de lectures et de découvertes, je suis sur un rythme constant de 8 à 10 livres mensuels. J’ai participé à deux challenges romans et un challenge BD qui m’ont offert de bons moments et des échanges sur les groupes Facebook dédiés.

2017 c’est donc 63 romans, avec un gros coup de cœur pour Mathieu Menegaux (« Je me suis tue » et un fils « parfait »), « Autobiographie d’une courgette » de Gilles Paris, « La vague » de Todd Strasser. J’ai également beaucoup apprécié la saga « Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Ransom Riggs, « Par amour » de Valérie Tong-Cuong, « Trois jours et une vie » de Pierre Lemaitre, « 30 ans (10 ans de thérapie) » de Nora Hamzawi et « Le jour d’avant » de Sorj Chalandon. Quelques déceptions (notamment les Millénium de David Lagercrantz) mais peu de lectures inachevées.

En BD, j’apprécie vraiment les reportages d’Étienne Davodeau et Emmanuel Lepage qui sont mes deux auteurs fétiches, tout comme les récits de Loic Clément et Anne Montel partagés avec mon fiston.

Les Mangas de Jiro Taniguchi ne sont pas en reste, j’ai beaucoup aimé son univers.

2018 va donc continuer sur cette lancée, ma première lecture est déjà un coup de cœur, je vous en parle très vite car je souhaite donner un coup de fouet littéraire à ce blog.

10 ans

Pour le dixième anniversaire de son blog, Elanor proposait de se pencher sur les événements personnels des dix dernières années. Pour moi ce sont des années très riches, comme beaucoup de personnes entre 20 et 30 ans.

En 2007, j’avais 22 ans, décidé de ne pas poursuivre ma deuxième année de Master et après deux mois de chômage je trouvais un poste d’assistante commerciale dans un équipement de loisirs, avec pour objectif de n’y rester que 5 ans. 10 ans ont passé et j’y suis toujours.

2007 c’est aussi l’année de mon permis, de mon installation avec celui qui est devenu mon mari cette année. Depuis nous avons vécu dans deux maisons et villes différentes et acheté une maison l’an dernier. Nous avons eu un enfant il y a 5 ans. J’ai de nouveaux beau frère et belles sœurs, ainsi qu’un neveu et une nièce qui sont venus agrandir un peu plus notre famille.

Ces dix dernières années je me suis posée, ai appris à apprécier de nouvelles saveurs (le thé, le vin rouge et certains légumes), j’ai fait du badminton, du yoga et de la randonnée et j’ai appris à cuisiner.

En 10 ans mes relations avec les autres se sont abîmées, j’ai été abîmée par les autres pourrions nous dire, ce qui n’aide pas à la sociabilité. Toutefois je me suis engagée pour les autres.

Des cheveux blancs et des rides sont apparus.

Mais 2007 c’est aussi l’année du décès de mon pépé, 6 mois après celui de ma mémé…

Souhaitons que ces 10 prochaines années à venir soient aussi belles, vivantes, pleines de vie, avec néanmoins un changement professionnel.

Lectures de novembre

BD :

  • Ouessantines – Weber & Nicoby
  • Conduite interdite – Chloe Wary
  • Niki de Saint Phalle, le jardin des secrets – Dominique Osuch & Sandrine Martin
  • L’atelier – Etienne Davodeau
  • Chroniques de la fruitière, voyage au pays du Comté – Fred Bernard
  • Les ignorants – Etienne Davodeau

Mangas :

  • Les années douces (tomes 1 & 2) – Jiro Taniguchi

Romans :

  • Pars avec lui – Agnès Ledig
  • David Bowie n’est pas mort – Sonia David
  • Les lendemains avaient un goût de miel – Marlène Schiappa
  • La théorie de la tartine – Titiou Lecoq
  • Alors voilà, les 1001 vies des Urgences – Baptiste Beaulieu

Idéal standard- Aude Picault

Je rattrape mon retard de chroniques pour le Prix Littéraire des chroniqueurs Web en vous parlant de ma dernière lecture BD.

C’est le premier ouvrage que je lis de cette auteure, dont j’ai beaucoup apprécié le dessin et l’humour.

Il s’agit de l’histoire de Claire, jeune infirmière trentenaire célibataire, qui enchaîne les déconvenues sentimentales, quand vient LA rencontre. Mais la vie de couple apporte aussi son lot de déconvenues.

Tout est traité avec humour, sous fond de féminisme et de parité. Un coup de cœur !